Agriculture

Patrimoine

Aquaculture

Gestion et maîtrise de l’eau

Service aux personnes

Accueil / Actualités / L’aquaponie

L’aquaponie

Actualité du 11 avril 2018

Le gaspillage et la pollution des eaux sont une réelle menace pour notre planète. En effet, l’or bleu devient rare et nous devons répondre aux problématiques environnementales actuelles. Une alternative s’offre à nous : l’aquaponie.


JPEG - 220.8 ko
Un mode de culture vieux comme le monde


L’aquaponie n’est en réalité pas une nouveauté. En effet ce mode de culture est aussi vieux que l’agriculture. L’aquaponie est utilisé depuis longtemps dans les rizières Asiatiques, et avant cela par les Egyptiens au temps des Pharaons et par les Aztèques. Aujourd’hui les engrais synthétiques permettent d’augmenter les rendements de production. Cependant, ce procédé n’est pas une solution durable au vu des conjonctures écologiques actuelles. De ce fait, nous devons revenir à des systèmes plus anciens et plus naturels. Berlin, Londres, Chicago, Vancouver, DOM TOM, pays émergents... Les fermes aquaponiques s’installent un peu partout dans le monde.


Une symbiose un peu complexe
L’aquaponie est une combinaison de l’élevage de poissons et de la production de végétaux. Ses avantages écologiques et économiques sont nombreux et pas des moindres. Ce procédé agit comme un écosystème miniature où interviennent trois populations interdépendantes : poissons, végétaux et bactéries. Les composés azotés et phosphorés rejetés par les poissons sont de l’engrais pour les plantes cultivées, et les bactéries transforment les matières azotées toxiques pour les poissons en matières non toxiques. Un fonctionnement simple à l’extérieur, mais complexe à l’intérieur. Trouver le bon équilibre entre la population de poissons, la nourriture apportée, la population bactérienne et la végétation cultivée, n’est pas chose facile et nécessite du temps. Cependant, cet équilibre est indispensable pour obtenir une productivité élevée et un bon recyclage de l’eau, qui circule en cycle fermé et en continu.


Aquaponie rime avec écologie
Le principe fondamental de l’aquaponie interdit l’usage de pesticides et d’antibiotiques, puisque ceux-ci tueraient les bactéries, partie intégrante de l’écosystème. De ce fait, les plantes cultivées en aquaponie ont des bienfaits pour la santé non négligeables. Les produits cultivés dans un système aquaponique ont des teneurs en calcium et en magnésium plus élevées et contiennent beaucoup moins de nitrates. Selon certaines études, l’excès de nitrates augmenterait les risques de cancer. L’aquaponie permet d’économiser de 80% à 90% d’eau par rapport aux méthodes d’agriculture traditionnelles, ce qui réduit l’empreinte énergétique nécessaire à la production de nourriture, réduction de la pollution causée par l’élevage de poissons, production locale donc faibles émissions en CO2 liées aux transports.


Un exemple dur à suivre...
En Suisse, à Bâle, une ferme aquaponique s’est implantée sur un toit plat et fournit poissons frais et fruits et légumes aux restaurants et habitants du quartier. Une solution pour manger local tout en limitant les besoins en eau et en terre. Si l’Amérique du Nord et l’Australie ont déjà une bonne longueur d’avance sur le sujet, l’Europe commence à s’y intéresser avec l’Allemagne en leader. En France, le projet Apiva (Aquaponie Innovation Végétale et Aquaculture) souhaite tester les capacités de ce mode de culture afin d’obtenir des données de dimensionnement technico-économique. L’objectif est de transmettre ces connaissances aux filières aquacoles et horticoles. L’aquaponie peut en effet permettre à ces filières une diversification de leurs activités ainsi que des économies liées aux engrais et à la gestion de l’eau. Plus les fermes sont importantes, plus les coûts sont réduits. Cependant, l’installation de l’aquaponie en France paraît encore difficile à envisager, puisque le secteur de l’aquaponie n’est pas encore arrivé à maturation...


Un projet d’avenir
Etudiants en deuxième année de BTS Aquaculture au Lycée Agricole d’Ahun, nous souhaitons valoriser un mode d’aquaculture durable qui permet à petite échelle de produire ses propres aliments au même titre qu’un potager. A grande échelle l’aquaponie pourrait être une alternative écologique pour améliorer la gestion de la ressource en eau.
Le jeudi 29 mars 2018 notre lycée a organisé la 8° édition de la Journée Départementale de l’Eau. Pour ce jour particulier, notre groupe AQUA’VOLUTION souhaitait présenter aux publics l’aquaponie sous toutes ses formes afin de les sensibiliser aux problématiques environnementales actuelles et leur montrer qu’il existe des manières plus écologiques de produire de la nourriture. Lors de cette journée de l’eau, nous avons profité de cet évènement afin de « réconcilier » les visiteurs à l’aquaculture qui, malgré une image quelques peu négative, représente notre avenir !
 

JPEG - 2.7 Mo
Une présentation très remarquée
le 29 mars 2018
au Lycée Agricole d’AHUN
à la Journée Départementale de l’Eau
réalisée par
Quentin Merceron Quentin Bonnichon
Jessy Loiseau
Guillaume Fix
Elsa Mesnières
étudiants BTS Aquaculture 2ème année

L'Amicale des Anciens Elèves remercie les étudiants BTS aquaculture 2ème année qui leur ont communiqué cet article